Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Alors que l’État n’a pas commandé d’étude sur le nombre de sans domicile fixe en France depuis 2012, la Fondation l’Abbé Pierre en décomptait 141 500 en 2017, dont la moitié en Ile-de-France. Un chiffre aussi alarmant que révoltant. Médias-cité s’est demandé quel était le rôle du numérique pour ceux qui font face au défi de la rue. Zoom sur trois belles initiatives numériques sociales.

Il est fréquent d’entendre, pendant les repas de famille ou au travail, quelqu’un s’insurger que le SDF croisé à l’arrêt de bus regardait son Facebook tout en faisant la manche. « Un peu gonflé le type, il ferait mieux de se payer une nuit d’hôtel plutôt qu’un smartphone », semble-t-on nous expliquer. Un préjugé tenace, qui pousse d’ailleurs bon nombre de sans-abris à cacher leur téléphone. Car voilà, breaking news, ce smartphone leur est tout aussi utile qu’à nous.
Des associations, start-up et fondations tâchent d’inventer des outils numériques pour faciliter l’accès aux services dont les sans-abris ont besoin chaque jour. Les outils technologiques tels la cartographie interactive, le stockage sur le cloud ou encore les réseaux sociaux se révèlent ici d’utilité publique.

visuel soliguide

SOLIGUIDE

Le Soliguide, crée par l’association Solinum, propose une cartographie de l’action sociale pour venir en aide au plus démunis. Le concept est déployé depuis 2017 à Bordeaux, Paris, les Hauts-de-Seine, Saint-Denis et Nantes. « On a demandé aux personnes : vous avez besoin de quoi comme informations ? C’est comme ça qu’on a pu catégoriser. Accueil public, douches et wc publics, bibliothèques, fontaines, activités publiques, chantiers d’insertion… » se souvient Victoria Mandefield, la directrice de l’association. Soliguide rencontre immédiatement un grand succès, et déploie ainsi deux bornes interactives dans le centre de Bordeaux, pour que ceux qui ne seraient pas équipés, puissent accéder aux mêmes précieuses informations.

Mais Solinum ne compte pas en rester là. L’association s’est lancé dans la recherche. Le Solilab est en train de finir une étude nationale sur le numérique et la précarité. « On s’est rendu compte que les gens étaient beaucoup plus équipés que ce qu’on pensait. Le blocage réside plus dans les compétences numériques ou les forfaits – beaucoup ont des cartes prépayées – et sont donc limités en terme de datas. La plupart possède un smartphone mais pas Internet. Nous voudrions créer une application mobile de Soliguide, comme ça on peut enregistrer des données en locales sans avoir besoin d’Internet. On se bat aussi pour qu’il y ait du Wifi dans les centres d’hébergement, qui ne sont pas du tout équipés et n’en voient souvent pas l’intérêt… »

Pour Victoria, le numérique ne sauvera pas le monde mais il peut décupler l’impact de ce qui existe déjà, comme l’hébergement citoyen. Le chantier reste énorme, mais avant de cogiter sur les nouveaux outils à créer, cette jeune humaniste alerte sur le besoin d’éducation, le besoin de « faire passer le mot ».

On fait passer :

« Les personnes sans-abris sont comme vous et moi, elles vont sur Twitter, Facebook et YouTube. Alors, si vous voyez un SDF avec un smartphone, ne lui crachez pas dessus ! »

C’est dit.

visuel entourage

ENTOURAGE

Une autre initiative fondée par des gens qui pensent que le numérique peut nous aider à être plus humains, c’est Entourage. Présente dans les villes de Paris, Lyon, Lille et Grenoble, l’application compte 51 811 membres et met à disposition un réseau composé de voisins, de commerçants, d’associations et de sans-abris. Sur une carte interactive sont répertoriées, à l’instar du Soliguide, toutes les actions sociales en cours autour de vous. La différence, c’est que les membres peuvent être acteurs, et créer eux-mêmes un événement de distribution de repas, dire qu’ils ont mis un café suspendu à tel bistrot, et ainsi de suite. Des soirées rencontres-apéro sont organisées, pour retisser le lien entre des personnes partageant un même territoire et qui ne savent plus comment s’approcher. Car le cœur de la mission d’Entourage, c’est aussi de faire de la pédagogie. Accompagner ceux qui n’osent pas parler aux personnes qu’elles croisent dans la rue, par peur et timidité.

Entourage tourne des web-séries, jouées par des anciens de la rue, des travailleurs sociaux ou autres, et avec un ton ludique, vous explique comment sympathiser avec le SDF que vous croisez tous les jours, et pourquoi c’est important. Entourage organise aussi des ateliers en entreprise, récolte des dons, embauche et sollicite des personnes en difficulté pour aider l’association à rester juste dans son action.

visuel reconnect


RECONNECT

La plateforme Reconnect, fondée par le groupe SOS-Solidarité, offre quant à elle un cloud solidaire. Quand on n’a pas de maison, pas pratique de transporter tous ses papiers partout où on va. Encombrants, les papiers sont surtout précieux et les perdre peut conduire à une plus grande précarité que celle déjà subie. Reconnect propose aux sans-abris un système de bagagerie dématérialisée, où l’on peut non seulement stocker ses documents administratifs, démarches en cours, mais ceux-ci peuvent être partagés avec les travailleurs sociaux qui les accompagnent, pour un meilleur suivi et un meilleur accès aux droits. Véritable coffre-fort numérique, l’utilisateur de Reconnect se crée un compte nominatif et y stocke des documents plus personnels s’il le souhaite, comme des lettres ou des photos. La plateforme a plusieurs antennes-relai en France, où les utilisateurs peuvent venir scanner ce qu’ils ne veulent surtout pas perdre. N’importe quel centre d’accueil peut devenir relai s’il le désire. Ce coffre-fort constitue un gain de temps et de sérénité, on peut bien l’imaginer.

Reste désormais à renforcer l’équipement et les compétences numérique des centres d’hébergement et des personnes sans-abris.

Nathalie Troquereau

Partager l'article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
eget fringilla quis, Aenean odio id, Aliquam Donec