crédit Perfecto_Capucine de Pixabay
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Novembre est là. On part se coucher à 21h pensant qu’il est déjà minuit. Commence la saison des couettes, des cheminées, des pyjamas inavouables et des bons bouquins à dévorer au chaud. Voici quelques idées.

« Les Possédés »

de Laurent Boudard et Dan Geiselhart, collection VOX des éditions ARKHÊ

« Comment la nouvelle oligarchie de la tech a pris le contrôle de nos vies »

Le sous-titre annonce la couleur, on ne fait pas dans l’angélisme pro nouvelles technologies ! Avec un ton humoristique, léger et moderne, les deux auteurs s’emparent pourtant du sujet avec un grand sérieux. Archi documenté, fourbu, l’ouvrage nous en apprend et nous donne à réfléchir sur toutes ces applications qui régissent chacune de nos actions, du bout de nos doigts.

Les Possédés développe l’idée intéressante, même si elle n’est pas nouvelle, du remplacement progressif dans nos sociétés de la religion par la tech. En effet, les géants du secteur, « les oligarques », prêchent désormais lors des conférences TED. Les Apple stores ont remplacé les lieux de cultes, les fidèles s’y réunissent autour d’un amour commun. En gros, la sortie du dernier Iphone a remplacé le jour des rameaux. Dans l’introduction, les auteurs nous rappellent que la gloire de la Silicone Valley arrive au grand public vers 2008 et sert selon eux de pansement. La tech s’impose comme une nouvelle idéologie à laquelle s’accrocher suite à la crise des subprimes, (due à une poignée d’irresponsables qui feront payer tout le monde). Nous avions besoin de rêver ; quelle aubaine pour ces champions du storytelling !  La guerre que se livrent Apple et Microsoft serait comparable à une guerre de religion, et la mort de l’un d’entre eux a suscité des hommages que n’oserait rêver un prix Nobel de la paix… Nous sommes « Les Possédés ». La tech est devenue notre opium, et elle fait autant de ravages que sa prédécesseuse.

L’ouvrage est captivant, pointu sur le plan historique, ludique, bien chapitré et vivifiant. On y décortique les méthodes, les parcours, les théories, les usages, les conséquences. Par exemple, ils constatent que toutes ces applications fonctionnent si bien grâce à une économie bien spécifique : « l’économie de la flemme » ! Pas faux, hein ? On hurle, on saute de sa chaise, on rit un bon coup, et on passe le mot à son voisin : Lis ça !

https://www.arkhe-editions.com/


« La fin de l’individu »

de Gaspard Koenig aux éditions de l’Observatoire

« Voyage d’un philosophe au pays de l’intelligence artificielle »

Gaspard Koenig est philosophe, il cite Descartes, Pascal et Spinoza. Mais G.Koenig a la chance d’être aussi écrivain, ancré dans son temps et capable de s’exprimer pour tous. Sa qualité de philosophe fait qu’il se pose les bonnes questions. Après tout, c’est son métier. C’est donc ce personnage qui décide d’aller à la rencontre des têtes pensantes de l’IA, et de se confronter à toutes les mouvances que cette dernière a engendré. Certains partagent l’idée d’une IA forte et d’autres d’une IA faible. L’auteur discute avec ceux pour qui le grand remplacement des hommes par les machines tient du pur fantasme (IA faible), et ceux qui ricanent en lui expliquant qu’il ferait mieux de s’habituer à l’idée, car c’est pour bientôt (IA forte).  

Ce récit, sorte de road trip de la tech ponctué de pauses philosophiques, nous force à aller plus loin dans la réflexion sur les enjeux métaphysiques et concrets que posent l’IA. Il nous informe, au passage, de l’avancement de cette technologie : l’homme est encore en train d’apprendre à l’IA à distinguer un chat d’une tortue, ce qui nous laisse un peu de temps.

G.Koenig explore les plateformes et programmes qui font travailler des hommes une misère pour inculquer aux machines leurs savoirs les plus élémentaires. Le chapitre inaugural sur le Turc mécanique, invention du 19ème siècle qui faisait fureur dans les salons et qui a donné son nom à la plateforme d’Amazon, est passionnant. On vous laisse le découvrir le lien entre les deux.

Le philosophe rejoint notamment le discours des « Possédés » en rappelant qu’un ex-employé de Google a créé une église de l’IA… « L’humanité est incorrigible dans son besoin de transcendance » annote-t-il avec tendresse. Le problème finalement, serait-il que nous pourchassions les croyances plutôt que les vérités ?

L’auteur, en se promenant à travers le monde avec pour seul sésame « I’m a french philosopher », réussit à compiler de précieux échanges avec des personnes dont la parole est aussi rare que leurs pouvoirs sont notoires. Un livre qui nous aide à structurer notre pensée sur un thème qui va coexister en tête de liste avec l’écologie pour les prochaines décennies.

https://www.editions-observatoire.com/content/La_fin_de_lindividu


Usbek & Rica

Si vous êtes un peu fauché, ou si vous êtes plus branché kiosques que librairies, Médias-Cité vous conseille de lire l’excellente revue trimestrielle Usbek & Rica. Une ligne éditoriale que l’on pourrait qualifier d’écolo-futuriste, la revue pose les questions de société en regardant toujours vers l’avenir, avec un œil singulier et un travail de recherches remarquable.

Dans le dernier numéro, on découvre pourquoi Vierzon est en passe de devenir une capitale des cryptomonnaies, on est invité à repenser la place de nos vieux dans la société avec un dossier béton, aux questions aussi originales que pertinentes; on s’interroge aussi sur la représentation de l’IA (encore elle)… Dans le précédent numéro, le journal proposait un dossier sur le caractère immortel de la littérature, en rien menacé par l’avènement de la tech. Bref, pour nous, c’est la Bible. Oups…! On retire tout de suite ce qu’on vient de dire 🙂

https://usbeketrica.com/

Nathalie Troquereau

Sur le même sujet :

Partager l'article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
nunc velit, leo. sit eleifend quis